Ce récit hors voyage ne plaira certainement pas à tout le monde mais je souhaitais faire une exception et délivrer un témoignage sur mon Blog.

Milieu 2018, j´avais diminué drastiquement mes allers/retours vers les réseaux sociaux. J´avais effacé les pages liées à ce blog et de nombreuses photos très personnelles (et n´avais laissé que des paysages de cartes postales très ennuyantes). La première raison était que je me sentais comme menacée et incapable de contrôler les actions du bout de mes doigts.

Puis un jour, j´ai décidé d´effacer mes comptes instagram, snapchat et facebook: « allez, on y va, c´est fini ». Et bien que je puisse perdre des partenariats ou une partie de ma visibilité, c´était un vrai choix personnel que je ne regrette pas. Je vous explique ici pourquoi.

#Sincérité #Liberté

Quel est l´intérêt?

Partir des réseaux sociaux de tout genre est un risque que j´ai mesuré. Linked In le prouve très bien en étant devenue la nouvelle plateforme pour trouver du travail.

En France, plus de 80%  de la population se connectent à Internet et près de 38 millions de personnes ont accès aux réseaux sociaux. En partir est faire un choix de limiter sa source d´information mais aussi, de ne pas toujours connaître les dernières informations.

le-digital-en-france-en-2018-8-638

Tout est fake

Mais le contenu, on en parle?

Je suis de nature à prendre les épreuves à bras le corps et à garder la foi dans la vie mais je ne suis pas du genre à faire semblant. La douleur, je la ressens et j´en parle. Mais les réseaux sociaux ne montrant que des moments éphèmeres, j´ai regretté vivement que les gens ne se focalisent que sur du superflu positif et matérialiste.

J´avais toujours aimé les comptes qui étaient capables de passer des coups de gueules ou être émotionnels, mais à l´air des partenariats en chaîne ou à la course aux followers, il était de plus en plus rare de trouver une vérité qui me convenait. Tout est polissé et politisé.

Suivre la foule

La pression de la société était importante et j´ai pu souffrir dans le passé de la non-compréhension de ne pas exposer mon amour pour quelqu´un en ligne ou de ne pas commenter ou liker les posts de tout le monde… Je me suis sentie obligée de faire des choses qui n´étaient pas de ma nature. J´aime (plus que tout) mon entourage mais pourquoi dois-je le dire à toute la planète? Les sentiments peuvent être très forts mais pudiques, et pour autant des plus sincères. Je ne me suis pas reconnue, j´étais un vrai écureuil appeuré, comme vulnérable et toute nue.

Aussi, le contenu étant toujours le même, ma tête en était saturée et parfois, j´ai vu sur d´autres comptes, la haîne ou l´ignorance des inconnus via la barre des commentaires, le tout pouvait être une vraie blessure pour son destinataire.

Les réseaux sont chronophages

J´avais cette impression de perdre mon temps à regarder des choses inutiles. Le clic sur l´icone Instagram ou Facebook m´était devenue automatique et je ne me rappelais même plus ce que je venais y faire.

Les statistiques confirment ma tendance… En France, nous passons plus d´1h22/jour sur les réseaux sociaux (et ce n´est qu´une moyenne sur les 80% des utilisateurs quotidiens).

le-digital-en-france-en-2018-12-638

Stalking or not Stalking?

Je ne connais personne sur cette planète qui ne l´a pas fait. Je m´excuse par avance pour les jugements qui vont suivre mais mon attitude était malsaine, auto-destructrice et narcissique. J´avais cette tendance à me comparer, à controler ou alors à déprimer en pensant que ma vie (de voyageuse) n´est pas à la hauteur (c´est tout de même bien ridicule quant on sait la chance que j´ai).

Par ailleurs, on apprend toujours des choses que l´on ne voulait pas savoir et puis, blessé(e), nous n´avançons pas.
Je sais également que les gens en abusent et manipulent le contenu, j´ai senti le besoin de me recentrer.

Ai-je été dépassée par les événements?

Ce que je critique, je l´ai également fait: des photos de paysages à gogo, des commentaires toujours positifs, la recherche de plus en plus de followers, l´acceptance de partenariat qui ne me convenait pas…

Effacer mes comptes m´a permis de me sentir plus libre, mais surtout, à ma grande surprise, je n´y pense absolument pas. Je ressens juste la peur d´oublier les anniversaires (et encore, je me suis dit que les anniversaires sincères, on les connait tous!). Je me nois dans des vrais articles des journaux, je regarde des choses plus pertinentes et à ma grande surprise, je lis davantage!

Si cela vous interpèle, n´hésitez pas à faire le test en effaçant simplement vos applications pendant quelque temps. Les réseaux sont faits pour ne pas vous lâcher, et on peut aussi très vite revenir en arrière.
Et croyez-moi, si les gens veulent de vos nouvelles, ils connaissent votre e-mail ou votre numéro de téléphone, si ils ne le font pas, et bien, vous avez votre (triste) vérité.

 Sources: Hootsuite et ma propre experience 😉